/

Accueil / Oeuvres / Souk de Khlafa

  • /
  • /

Souk de Khlafa

Catégorie : Tableaux

Technique : Huile

Support : Toile

Dimensions : 74 x 48 cm

Référence : 4486

Prix : En cours

Année d'exécution : 1974

Prix en € : En cours

/ Nombre de vues : 49 vues

Faire une offre Contacter le vendeur Signaler cette oeuvre

Avis :

/

Laisser un commentaire :

Laisser un commentaire

    À propos de l'Artiste

    Source : marocculturel

    Né à Souk Larbaâ el Gharb en 1934, Khlafa el Badaoui dessinait depuis son jeune âge. Très tôt, il perdit sa mère, ce qui le priva d’une enfance et d’une scolarité normales. Il devint berger. Son amour pour le dessin ne faisait que grandir avec lui. Bien plus tard, des artistes peintres français le remarquèrent et s’intéressèrent à lui. Pour Khlafa, c’était une aubaine. Parmi les rencontres qu’il fit, celle d’Untellini, un Français qui l’adopta. En même temps, il fit la connaissance d’un certain Sibérose qui travaillait dans la décoration. A ses côtés, Khlafa améliora sa façon de marier les couleurs et apprit de nouvelles techniques picturales qui allaient lui servir. Grâce à Paillard, un peintre orientaliste en vogue à l’époque, je jeune artiste aura la chance s’être introduit dans le milieu artistique français installé au Maroc, où il fraya avec d’importantes personnalités.

    A vingt ans, ses amis français lui organisèrent une première exposition à Casablanca, place de Bani Marouk, une exposition qui attira beaucoup de monde et où il y eut des ventes.

    A l’approche de l’Indépendance, Khlafa  habita Casablanca où allait débuter réellement son parcours d’artiste. Il se fit connaître de plus en plus des milieux intellectuels et réalisa à cette époque une grande toile d’inspiration nationaliste, qu’il intitula « Le Maroc Nouveau », offerte à feu le Roi Mohammed V dès son retour d’exil, par l’intermédiaire de Bargach, alors gouverneur de la capitale économique. C’était une carte géographique sentimentale, aux couleurs enthousiastes et significatives. Khlafa fut reçu au Palais Royal de Skhirate, honoré et gratifié à bon endroit. On lui octroya en plus un poste au ministère de la Jeunesse et des Sports, où il joua le rôle d’encadrant.

    Huit ans après,  il abandonna le ministère pour ne plus se consacrer qu’à son art. Parmi les distinctions qui ont couronné sa carrière, la reconnaissance par l’UNESCO de Khlafa comme un des précurseurs de l’art au Maroc. A cette époque, il fréquentait d’autres artistes qui l’agréèrent comme Ben Ali R’Bati, Jilali Gharbaoui, Gaston Mantel. De même, il avait animé des ateliers de la jeune peinture, où figurèrent de futurs noms artistiques comme B. Falaki, Med Laraïchi, A. Fninou, etc.

    Khlafa el Badaoui avait donné plusieurs expositions notamment à Casablanca. Quelques-unes de ses œuvres se trouvent en collection aux Emirats Arabes Unis, beaucoup chez des particuliers au Maroc, d’autres en possession de l’association des Anciens Elèves de Casablanca, à la salle de la Coupole.
    En 2010, suite à une longue maladie, Khlafa décéda le 9 août à Meknès où il avait fini par s’établir. Il était resté célibataire.

    La figuration de Khlafa, au plan des thèmes comme de la technique, fait passablement écho à l’école orientaliste dont les étrangers qui vivaient alors au Maroc représentaient chacun à sa manière la (ou les) tendance (s). A cette différence près que Khlafa évitait d’exotiser outre mesure, en se situant sous un point de vue purement pictural, concernant les couleurs  et les scènes, comme le ferait un peintre naïf : les oeuvres de Khlafa n’ont pas un caractère d’études, mais semblent des productions interprétées in situ et travaillées à coups de touches et de tons pris sur le vif. Ce qui fait de l’artiste l’auteur d’une certaine réalité marocaine que nous pouvons considérer aujourd’hui comme un document. Réalité d’un Maroc du peuple, des anciennes médinas pittoresques et intimes, d’un sud lumineux et contrastant, dont Khlafa celèbre les diverses activités quotidiennes ou occasionnelles : scènes de marché, vues de ports, ruelles passantes, scènes festives, d’intérieur, etc., une série de thèmes encore très visités de nos jours, et apparemment à la matière inépuisable.

    Sans doute, l’intérêt de cette création réside-t-il d’abord dans l’évidence du talent que possédait Khlafa, puis, avec le recul, dans son harmonie avec le contexte social qui l’avait vu naître, enfin dans son originalité comme langage personnel d’une individualité non compromise par le diktat étranger et les conjonctures historiques que subissait alors le Maroc colonisé. Ce qui ne veut pas dire une individualité non concernée par les événements qui avaient lieu. Khlafa peignait le Maroc qui était totalement le sien, d’où la présence dans ses scènes d’une sentimentalité de bon aloi, identitaire et identifiée avec le temps comme étant une forme de revendication intérieure. Au-delà des considérations théoriques que pourrait susciter ce genre de travail, Khlafa a le mérite de renouer le spectateur avec un passé tant social qu’atmosphérique, qui continue de dialoguer avec le présent.

    Abderrahmane  Benhamza( Poéte et critique d’art)

    Ses œuvres

    Dimensions : 74 x 48 cm

    Prix : En cours

    Référence: 4486

    Dimensions : 70 x 50 cm

    Prix : En cours

    Référence: 4485

    Faire une offre / Mise en relation

    Cette oeuvre vous intéresse ? Vous souhaitez avoir plus d'informations sur sa disponibilité ? Merci de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous pour vous répondre dans les plus brefs délais. Vous pouvez aussi nous contacter par :

      /

      / 49 vues

      Technique

      Huile

      Support

      Toile

      Dimensions Dim

      74 x 48 cm

      Prix

      En cours

      Référence

      4486

      Prix en €

      En cours