/

Accueil / Oeuvres / Femme de Essaydi

  • /
  • /

Femme de Essaydi

Artiste : Lalla Essaydi

Catégorie : Tableaux

Technique : Mixte

Support : Métal

Dimensions : 30 x 40 cm

Référence : 4280

Prix : En cours

Prix en € : En cours

/ Nombre de vues : 33 vues

Faire une offre Contacter le vendeur Signaler cette oeuvre

Avis :

Détails de l’Oeuvre

Développement en chromogène monté sur aluminium et protégé, de stratifié brillant Mactac. Imprimé sous la supervision directe de l’artiste à partir du négatif original.

Sélection 1/15

/

Laisser un commentaire :

Laisser un commentaire

    À propos de l'Artiste

    BIOGRAPHIE & EXPOSITIONS INDIVIDUELLES ET FOIRES INTERNATIONALES

    1956 Née a Marrakech, Maroc
    1994 Diplome en Peinture, L’ Ecole des Beaux Arts, Paris, France
    1999 Diploma in photography and installation, School of the Museum of Fine Arts, Boston, MA
    1999 Bachelors in Fine Arts, Boston, MA
    2001 – 2003 Professor in painting, School of the Museum of Fine Arts, Boston
    2003 Masters in Fine Arts, School of Fine Arts, Boston/Tufts University

    2011:
    Lalla Essaydi: Revisions, Smithsonian African Musuem of Art, Washington DC
    Les Femmes du Maroc: Karen Jenkins Johnson Gallery
    Harem: Jackson Fine Art gallery, Atlanta
    Brooklyn Museum, New York
    Lalla Essaydi: Revisions, North Caroline Museum of Modern Art
    Lalla Essaydi: The power of writing, National Gallery Bab Rouah, Rabat, Morocco
    Lalla Essaydi: The power of writing, National Gallery Mohamed Kacimi, Fes, Morocco
    Lalla Essaydi: The power of writing, Musee d’Art Moderne Mohamed Drissi, Tanger, Morocco
    Lalla Essaydi: Harem, Edwynn Houk Gallery, Zurich

    2010:
    Bates Museum, Maine
    Zimmerlie Museum, New Jersey
    Decordova Museum, LI, Massachusetts
    Lalla Essaydi: Harem, Edwynn Houk Gallery, New York
    Marrakech Art Fair, Galerie Tindouf, Marrakech
    Paris Photo, Edwynn Houk Gallery, New York
    Miami Basel, Edwynn Houk Gallery, New York

    2009:
    Les Femmes du Maroc, Galerie Tindouf, Marrakech
    Les Femmes du Maroc, Sultan Gallery, Kuwait
    Art Dubai (Edwynn Houk Gallery, New York)
    Art Paris, Paris France (Protee gallery, Paris

    2008:
    Art Basel Miami Beach, Edwynn Houk Gallery, New York
    Embodiment, Howard Yezerski Gallery, Boston
    Lalla Essaydi: Crossroads, Waterhouse & Dodd gallery, London
    Indelible: The Photographs of Lalla Essaydi, First Center for the Visual Arts, Nashville, Tennessee
    Les Femmes du Maroc, Witzenhausen Gallery, Amsterdam, The Netherlands
    Les Femmes du Maroc, Anya Tish Gallery, Houston TX Contemporary Art Fair Dubai, Dubai, Madinat Jumeirah, Dubai, United Arab Emirates, (Kashya Hilderbrand Gallery, Zurich)
    Art Beijing Contemporary
    Art Cologne, 42nd International Fair For Modern and Contemporary Art
    (Kashya Hilderbrand Gallery, Zurich)
    Hong Kong International Art Fair, (Kashya Hilderbrand Gallery, Zurich)
    Paris Photos Art Fair, (Edwynn Houk Gallery, New York)
    Art Paris Abu Dhabi: Modern + Contemporary Art Fair Emirates Palace
    (Waterhouse & Dodd gallery, London, Kashya Hilderbrand Gallery, Zurich)

    COLLECTIONS PUBLIQUES

    Musée du Louvre
    Collection Bank Al Maghrib, Rabat
    Collection Societe Generale, Casablanca
    Collection Fondation CDG, Rabat
    The Williams College Museum of Art
    The Chicago Art Institute
    The Kodak Museum, George Eastman House, Rochester, NY
    The Fries Museum, The Netherlands
    The Museum of Fine Arts Houston
    The Columbus Museum Of Art
    The Kresge Art Museum, Michigan
    The Museum of Fine Arts, Boston
    The Santa Barbara Museum of Art, California
    The Colorado Museum of Art, Colorado
    The Brooks Museum of Art, Memphis
    Longwood Center for the Visual Arts, Virginia
    The Ackland Art Museum , Chapel Hill, North Carolina
    The New Britain Museum of American Art, Connecticut
    The Hood Museum of Art, Dartmouth College, Hanover, NH
    The Mead art Museum, Amherst, MA
    Neuberger Museum of Art, New York
    The North Carolina Museum of Art, NC
    The British National Museum, London, UK
    Private collection of HRH. Sheikh Mohammed Bin Zayed Al Nahyan
    Private collection of HRH. Princess Sibilla of Luxembourg
    Jordan National Museum, Jordan
    Cantor Arts Center, Stanford University Museum, Stanford, CA

    Source : Wikipédia

    Lalla Essaydi est une artiste contemporaine marocaine qui utilise essentiellement la photographie et la calligraphie arabe. Elle travaille par ailleurs d’autres médiums comme la peinture, la vidéo et l’installation

    Le parcours de Lalla Essaydi commence au Maroc, où elle est née et a grandi. Après quelques années passées en Arabie saoudite, ses études l’amènent jusqu’en France où elle sera diplômée de l’École des Beaux-Arts en 1994, puis aux États-Unis où elle obtient une Licence et un Master en Beaux-Arts (Université de Tufts, 1999 et École du Musée des Beaux- Arts de Boston, 2003). Aujourd’hui, elle partage son quotidien entre New York et Marrakech. Elle est actuellement représenté par quatre galeries (Howard Yezerski Gallery à Boston, Edwynn Houk à New-York et Zurich, et Gallery Tindouf à Marrakech) et a été exposée dans plusieurs pays, des États-Unis au Japon, en passant par la France et la Syrie.

    Son travail est axé autour de la représentation du corps de la femme et notamment la complexité de la vision occidentale sur l’identité des femmes des pays arabes. Avec son regard de femme adulte émancipée, elle puise dans ses propres souvenirs de petite fille marocaine : elle interroge son présent au-travers de son passé. Elle « souhaite [se] présenter via différents prismes : comme artiste, comme marocaine, comme traditionaliste, comme libérale, comme musulmane ». Son travail prend la forme de séries photographiques où elle travaille elle-même la calligraphie arabe au henné, sur de nombreux supports (tissus, corps, murs, etc.). Elle photographie des femmes qui lui ressemblent : marocaines, expatriées, elles sont marquées par leur expériences dans le pays d’origine mais aussi par celles vécues dans le pays qui les a accueilli. Dans cette idée, Lalla Essaydi utilise des matériaux associés à l’art islamique en les incluant dans une imagerie plutôt proche de l’art occidental. Elle puise notamment ses inspirations dans l’imagerie orientaliste occidentale du xixe siècle. Si Lalla Essaydi ose de tels grands écarts stylistiques, c’est pour inviter les spectateurs à repenser les mythologies orientalistes en résistant aux stéréotypes.

    Le travail de Lalla Essaydi est notamment reconnaissable grâce à l’emploi systématique de la calligraphie arabe. Ceci crée alors dans ses photographies un premier niveau d’observation. Bien qu’utilisant une forme d’écriture, Lalla Essaydi n’en permet forcément pas la lecture. Même les arabophones auront des difficultés à déchiffrer les mots, tant cette écriture se superpose sur elle-même, sur les supports, etc.

    Avant de développer plus précisément cette caractéristique du travail de cette artiste, revenons un instant sur l’histoire de l’écriture arabe, et notamment sur l’interprétation d’Oleg Grabar dans son ouvrage intitulé Penser l’art islamique. Avec la fulgurante expansion du monde arabe au viiie siècle, l’écriture y a quelque peu perdu ses repères : le Coran pouvait alors être lu et interprété de différentes façons et les communications entre les provinces éloignées devenaient impossibles. Afin de pallier ces deux problèmes, une réforme est lancée au xe siècle visant à normaliser l’écriture : le khatt al-mansûb fixe alors les proportions entre les lettres et les mots. Au cours des siècles qui suivent, l’écriture arabe continue d’évoluer, avant d’être à nouveau codifiée par une nouvelle réforme au xiiie siècle : à partir de ce moment, sept styles sont officiellement reconnus. Selon Oleg Grabar, le but de ces différentes interprétations de l’écriture avaient pour but de « décorer le texte et de lui procurer une qualité esthétique »4. Ainsi, les copistes se sont efforcés de créer un équilibre en faisant évoluer, par exemple, les lettres vers des formes végétales (« coufique fleuri ») : l’écriture devient alors une forme d’art5. C’est à partir de ce moment que nous pouvons parler de calligraphie, notamment pour son emploi sur parchemin ou papier. Mais ce qu’il est intéressant de relever c’est l’emploi de l’écriture sur d’autres supports que le parchemin et le papier. En effet, dès les débuts de l’art islamique, l’écriture est aussi apposé sur les murs, les tissus, les objets en céramique ou en bronze. Elle y est parfois peu lisible et révèle une nouvelle fonction de l’écriture dans l’art islamique : selon Oleg Grabar, « on ne lit plus, on regarde »4, l’écriture devient une fin en soi.

    Ses œuvres

    Dimensions : 30 x 40 cm

    Prix : En cours

    Référence: 4280

    Faire une offre / Mise en relation

    Cette oeuvre vous intéresse ? Vous souhaitez avoir plus d'informations sur sa disponibilité ? Merci de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous pour vous répondre dans les plus brefs délais. Vous pouvez aussi nous contacter par :

      /

      / 33 vues

      Technique

      Mixte

      Support

      Métal

      Dimensions Dim

      30 x 40 cm

      Prix

      En cours

      Référence

      4280

      Prix en €

      En cours