/

Accueil / Artistes / Lasri Hicham

/

Biographie

Source : Wikipédia

Hicham Lasri est un artiste « Graphique » conceptuel Casablancais, cinéaste, romancier et créateur de bande-dessinées. Depuis 1999 … Ses six longs métrages faits sur la durée de 7 ans ont eu des premières à Cannes, la Berlinale et le TIFF, à savoir: The End (2012), C’est eux les Chiens (2013), The Sea is Behind(2015), Starve Your Dog (2016), Headbang Lullaby (2017) & Jahilya (2018). Hicham Lasri est également romancier et dessinateur, ayant publié dans cet ordre : Static (2012), Sainte Rita (2015), Vaudou (2016), Fawda (2017), L’Marroc (2019) et L’improbable Fable de Lady Bobblehead (2020.) L’artiste multidisciplinaire est également célèbre sur Youtube grâce à ses web-série à succès: No Vaseline Fatwa (2016) et Bissara Overdose (2017).

Hicham Lasri (en arabe : هشام العسري), connu sous le pseudonyme de Daddy Desdenova, né le  à Casablanca (Maroc), est un réalisateurscénariste , romancier et dessinateur marocain. L’artiste casablancais est un artiste conceptuel traitant plusieurs mediums artistiques simultanément. En parallèle de son travail de réalisateur, Hicham Lasri est auteur de romans et de bandes dessinés dont Sainte Rita (2015), Fawda (2017) et L’improbable Fable de Lady Bobblehead (2020.)

Après des études de droit, il se lance dans une carrière d’écrivain et de dramaturge avec la pièce de théâtre, (K)rêve (2006) et le roman Static (2008). Puis il réalise plusieurs courts métrages avant de réaliser son premier long métrage, The End, en 2011.

Réalisateur

Critiques et avis

 

« Il est de ces nombreux livres qui, emportés par le monde que l’on a sous les yeux, s’écrivent pile au bon moment. Certes, tombés dans un trou, dont il serait dommage de ne pas tenter de l’extirper, d’autant plus que, tout au fond de ce trou, c’est dangereux, un mal aussi étrange qu’incurable rôde. Vivant dans un brouillard permanent provoqué par une fumée nauséabonde, il s’évertue dans une mainmise acharnée de nos libertés, voire notre existence. »  – R.K.H. – Finances News Hebdo.

« L’Improbable Fable de Lady Bobblehead » est le troisième roman de l’auteur et réalisateur, Hicham Lasri. Dans son bouquin de science-fantasy, l’écrivain nous embarque dans un monde totalement noir et loufoque rempli, pourtant, d’un tas de vérités. »  – Pauline Maisterra – Femmes du Maroc.

« En somme, un livre à conseiller à tous ceux qui aiment tellement le Maroc que ce qu’est devenu ce pays leur donne la nausée, à tous les nihilistes dégoûtés et frustrés de ne pas réussir à exploser les complexes et détruire les chaînes et à déconseiller à tous les conformistes et aux âmes sensibles. Je vous aurai prévenu, si vous ouvrez ce livre, vous devez être prêts à tout …  » – Soukaina Bouziane – Kawnculture.com

« Un récit violent mais assumé par l’auteur qui nous aliène dans ce monde fantasque, inspiré des jeux vidéo et des mangas, à mi-chemin entre la science-fiction et la réalité crue de notre quotidien. Autant dire que ce roman est loin d’être classique, il détonne même clairement du paysage littéraire national. Et justement on en redemande.   » – GRAZIA MAROC.

« Avec son troisième roman, baptisé “L’improbable fable de Lady Bobblehead”, le réalisateur, dessinateur et écrivain jette un pavé dans la mare de la littérature marocaine. Un récit complètement “barje” qui reflète, avec une grande attention portée au style, le malaise social de notre siècle. »  Telquel – Anais Lefebure.

« Nous découvrons ici les aventures narcissiques et désespérées du personnage qui rappelle les « zombies » citadins de l’Américain Brett Easton Ellis, le maître du genre. C’est un roman étrange auquel nous avons à faire ici, d’une rare originalité. Chaque chapitre révèle un prophétisme noir et plein d’éclats. A découvrir absolument.  » – VALÉRIE MORALÉS-ATTIAS

« il est bon de rappeler à destination des générations futures que ce roman aura été écrit à une époque de grand obscurantisme –, de quoi est-il question dans ce dernier roman ? D’une quête impossible, d’un personnage en quête d’Auteur et occasionnellement de son âme égarée, à moins qu’elle ne fût cédée ou dérobée par on ne sait qui. Un MacGuffin que cette quête, s’amuse à souligner le narrateur à plusieurs reprises, comme si la possibilité même de pulvériser le récit constituait l’ultime des jouissances ! Inutile de remonter jusqu’à la Poétique d’Aristote pour rappeler que le roman s’enorgueillit depuis toujours d’être la narration d’une quête. Qu’il s’agisse de héros glorieux ou d’anti-héros nauséeux, le récit romanesque se double toujours d’une quête de la connaissance dont celle du Graal serait le parangon. » – OLIVIER RACHET

« Au début je fus irrité par l’originalité de cette nouvelle écriture pour mes neurones et je me suis mis, au gré des lignes, à aimer et puis à être captivé par la rigueur et la justesse de la place des mots dans les phrases qui en font à la fin, des idées claires et d’une précision et justesse chirurgicales. » – OMAR BERRADA

« La nausée. « Mais que viens-je faire dans cette galère ? », me suis-je dit, à la lecture de ces premières pages particulièrement indigestes. Un restaurant aux taenias, sérieusement ?! Attention, on m’a demandé d’être sincère et spontanée et je compte bien l’être jusqu’au bout. J’avais déjà entendu parler de l’auteur, évidemment, de son côté provocateur mais là, je dois dire qu’il s’est surpassé. Il m’a donc fallu toute la force irrésistible de ma curiosité artistique et la conscience absolue que l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne pour me le triturer en cherchant désespérément une pépite ou deux à me mettre sous la dent sous ce tas de fumier. Re-attention : je pense, j’ose espérer que dans le cas de notre auteur et de ses acolytes, cela relèverait presque du compliment. » – NARJISSE TAHIRI

« Hicham Lasri expérimente un nouveau jeu avec la littérature, un jeu où tout se désintègre, tout devient pixel. Mais est ce vraiment un jeu quand l’âme s’enfonce aussi loin dans l’incommensurable ? » – JEAN ZAGA

 

 

/

Laisser un commentaire :

Laisser un commentaire

    Ses oeuvres

    Dimensions : 24 x 32 cm

    Prix : 5 500 MAD

    Référence: 4086

    Dimensions : 24 x 32 cm

    Prix : 5 500 MAD

    Référence: 4089