add My List

Biographie

Lotfi YACOUBI est né à Oujda le 20 juin 1962 et a étudié à l’Ecole des Beaux-Arts de Tetouan et au C.P.R de Tanger. Actuellement Professeur d’éducation plastique à salé, ex Président de l’A.A.M.O( association d’arts Plastiques du Maroc Oriental). Membre dans l’association marocaine d’arts plastiques.

Expositions collectives :

Maroc :

– 2014 Echanges Maroc/Tunisie
– 2013 Echanges Maroc/Tunisie
– 2012 Festival rencontre des cultures Meknès Maroc TunisTanger
– 2011 Festival maghrébin d’art plastique Tanger
– 2008 Festival maghrébin d’art plastique Oujda
– 2007 Festival maghrébin d’art plastique Oujda
– 2001 association art et cultur st.marcel françe
– 2001 fada anas casa
– 2001 www.artweb-market.com sur le web
– 2000 musé Belghasie Salé.
– 2000 music sacré Fes
– 1999 Taza
– 1996 Fondation Oujda
– 1996 2ém printemps des arts plastiques Agadir.
– 1996 faculté de droit a l’occasion du 2ém concours Panafricain de Procès Fictif des Droits de l’homme Oujda
– 1996 A l’institut Français de l’oriental oujda
– 1994 CCE Institut Lopé de Vega Nador
– 1975 Bureau de tourisme Oujda

Algérie :

– 1992 Maison des jeunes Maghnia.
– 1992 Maison de Culture Oran
– 1992 Maison de culture Tlemecen
– 1989 Alger (Algerie 2ém Biennale des arts plastique de la ville d’alger ). 2éme prix.
– 1984 Rabat ( Bab Rouah).

Espagne :

– 1998 Malaga.

Expositions individuelles :

Maroc :

– 2007 institut Français Oujda
– 2006 Musé Municipal Agadir
– 2002 centre culturel français Au profit des enfants cancéreux ( de l’hôpital Al Farabi Oujda) en collaboration avec l’association de donneur de sang du même hôpital. Oujda
– 2001 Galerie CDG Au profit des enfants abandonné (centre la Princesse Lalla Meryem) Rabat
– 2001 C D G Rabat
– 1999 Artomania Agadir
– 1999 goeut institut Rabat
– 1996 fondation Oujda.
– 1996 Galerie Bertotchi Tetouan.
– 1994 BCLEC Oujda.
– 1992 CCF Centre culturel français Meknés.
– 1991 Club de Tennis Oujda.
– 1990 CCF Centre culturel français Tanger.
– 1990 Carrefour des livres Maarif Casa.
– 1988 CCF Centre culturel français Fés.

Algérie :

– 1992 Maison de culture Telemcen.

 

L’élément essentiel de son inspiration picturale est souvent l’étoffe drapée, genèse de ses œuvres. Deus chromatiques de bleu- ou prédomine le bleu touareg- s’affrontent et s’unissent pour une coalition remarquable qui procure le relief recherché. La technique de Lotfi YACOUBI est particulière. Il réalise d’abord des fonds à l’huile sur lesquels se détachent des personnages réalisés à la peinture acrylique. L’apport de matière tel que le sable pour le fond de la toile ou encore de morceaux de tissus tente de moderniser les créations. Le regard des personnages de sensibilité locale se perd souvent dans un horizon que l’on devine restreint, leurs contours ombrés se projetant sur le décor, pour y indiquer certaines limites. Lotfi YACOUBI représente ainsi une certaine rébellion assouvie de toute agressivité. Les rêves demeurent malgré les restrictions d’évasion.

Galerie Art et culture Saint marcel France mai 2004

Dès le premier coup de foudre, nous constatons que toutes les peintures de Lotfi ont ce caractère de rêve. Ce monde ainsi créé par son imagination est purement subjectif. L’excès du bleu (écart hyperbolique) en fait une véritable vision cauchemardesque produite à la limite de la dépression et de la folie. Cet aspect morbide n’épargne aucun élément : le personnage le premier, suivi de l’étoffe et viennent après le mur et la calligraphie qui ne paraissent affectés qu’à moitié. Il semble qu’il y a quelque éclaircie grâce à ces deux éléments fort
heureusement.

Extrait de (La couleur d’ONEIROS, Approche analytique de la peinture de
Lotfi YACOUBI) ALI ADRAI

Dans la peinture de YACOUBI le vide n’est pas quelque chose de vague ou d’inexistant, Mais un élément emmiasmer dynamique. C’est une dimension essentielle, un lieu d’équilibre des souffles vitaux, un espace ou peut s’atteindre une vraie plénitude. C’est peut-être a partir de ce vide que le peintre esquisse une approche totalisante de l’univers. ce silence instaure une communication directe avec les choses ; le cœur du peintre s’exprime dans cet espace . Oui, chez YACOUBI le vide n’est pas une présence inerte ; il est parcouru par des ondes qui relient le monde visible a un monde invisible. Il pousse le spectateur a un exercice de recueillement.

Alain Billy

((…la prédominance de la palette bleue est aussi expressive. C’est la couleur la plus calme de la gamme spectrale des couleurs, C’est la couleur qui est la plus réfléchie de la nature -le ciel, l’eau- C’est aussi la couleur du crépuscule ou du jour par un ciel couvert..))

« Le mure, l’étoffe et le ciel montrent la même qualité tactile. La réalisation du mur représenté est distincte de celle du ciel seulement parce que le mur est ombré dans son contour rectangulaire. Même l’étoffe drapée imite les couches des nuages et la surface du mur. Le ciel n’est pas simplement l’arrière plan, son écho se reproduit dans le trait architectural et dans l’étoffe. Cette homogénéité a la fonction de dématérialiser visuellement la matière, de la rendre moins physique ».

« Le ciel sombre et énergique de ses tableaux est vigoureusement expressif, il donne du pouvoir aux images et les rend allégoriques en fonctionnant comme un signe et à travers lui d’autres signe peuvent être lus. C’est un miroir qui révèle un autre texte.. »

« La prédominance de la palette bleue est aussi expressive. C’est la couleur la plus calme de la gamme spectrale des couleurs. C’est la couleur qui est facilement le plus réfléchie de la nature –le ciel, l’eau- c’est aussi la couleur du crépuscule ou du jour par un ciel couvert ..»

« les compositions de figures humaines sont de trois catégories ; celle avec les êtres humains, celles avec les êtres humains complètement drapés, celles ou les êtres humains sont suggérés comme dans le cas ou l’habit est arrangé comme s’il avait été mis à part, attendant d’être porté sur la tête ou l’épaule de quelqu’un.. »

Traduction en français d’un extraits de « The art of Lotfi YACOUBI » Essai de Gary SHERMAN

New YORK

« …Encore les vêtements et leur plis ont une double fonction. D’une part, ils permettent au sujet une identité à l’intérieur du tissu social. Mais, d’autre part ils cachent tous les détails qui pourraient permettre une investigation profonde de son individualité, les vêtements relèvent le sujet seulement pour le cacher, Ils sont composés en termes de structure interne de la peinture… »

« En examinant ces figures (personnages) on contemple les circonstances aussi bien que les notre. Nous sommes invités à lire leurs histoires dans leurs faces et leurs habits »

« Le travail de YACOUBI concrétise les contradictions (personnifie) dans un style de
l’existentialisme sartrien, il est observé par l’isolement de l’homme dans un monde dont les choses sont accessibles seulement à travers leurs apparences.. »

« Ses figures sont gracieuses, parce qu’elle sont action pure et sinistres à cause du vide qui les entoures du néant, accomplissent une existence en nous évitant et en nous Mystifiant.. »

« ..La couleur bleue ajoute une morbidité à l’atmosphère dense en la chargeant
Psychologiquement, et soulignant une tension entre la peinture comme idée et l’image Comme moyen illustré, la représentant.. »

« Son étude dévouée de la figure humaine aux niveaux social, psychologique et
Esthétique, transmet le même genre de recherche dans les trois grandes questions,
(Souviens-toi Paul Gauguin, D’où venons-nous? Que somme-nous ? Où allons-nous?)

Traduction en français d’un extraits de « Lotfi YACOUBI; Ambiguity as significance » Essai de Hamid IRBOUH, New YORK

L’itinéraire d’un Artiste

LOTFI YACOUBI est un Artiste-Peintre qui fait parti d’une génération d’Artistes Marocains confirmés. Ses Maitres Enseignants, sont des hirreties des impressionnistes et du Maitre Artiste-Peintre Espagnol Don Mariano Bertutchi, Fondateur de L’Ecole Nationale des Beaux-arts de Tétouan en 1945. Ce connaisseur et passionné du Maroc, fut également le conservateur de la vielle ville de Tétouan (la médina).

Actuellement, elle est considérée Patrimoine mondial de L’Unesco. en effet de par son charme fascinant, elle continue de séduire et d’inspirer des artistes et des écrivains du monde entier. L’atmosphère magique qui se dégage de ses paysages et de la vivacité de ses couleurs, offre une ambiance riche d’inspirations pour les Peintres. Claude Monet, le grand maitre impressionniste, de son retour du Maroc, dira plus tard que, sa lumière et ses paysages, l’auront prépare à l’impressionnisme.

C’est dans cette source de couleurs ,que Lotfi yacoubi a fait ses études d’art avec d’autres camarades de passion des années 80, dans un climat de cordialité et d’amitié. et dans ce contexte que les études étaient basées sur une formation académique stricte. Le travail sérieux du métier était de rigueur, le médiocre ou « la sottise « plastique n’avaient pas leur place au sein de l’institut. les maitres enseignants de l’époque, transmettaient leur savoir faire, rien qu’avec un simple regard ou un petit geste, suffisait à déclencher le déclic, ainsi s’installait une complicité espiègle entre Maitre et Etudiant.

Je me rappelle encore bien, lorsque Mohamed Sergheni premier directeur de l’école dés l’indépendance, nous disait à titre d’anecdote:  » c’est ici qu’il faut apprendre le métier, et ce n’est pas ailleurs! » et c’est bien plus tard, que j’avais compris qu’il avait raison. En effet, de nos jours le métier , malheureusement n’a plus d’importance chez « les artistes » contemporains. les règles de l’art sont devenue une chose ringard! résultat la porte est ouverte à tout les intrus qui inventent des choses étranges vide de tout sens et qui ne parlent qu’ àelles mêmes, et n’a aucun message sauf celui de l’imposture et la mensonge à l’image des médiats qui les propagent.

Heureusement, il existe encore de l’autre cote de la rive, des artistes authentiques qui font vivre l’art , par la création d’œuvres profondes et sensibles, qui parlent aux gents dans une langue universelle, des œuvres qu’on peut toucher, écouter et voir. Il y a plus qu’un siècle Paul Cézanne disait déjà: » On voit un tableaux tout de suite, ou on le voit jamais. les explications ne servent arien… tout cela, ce sont des à peu prés. »

Abdellatif Zeraidi

Ses œuvres

Yacoubi Lotfi
Format: 99 x 63 cm
Référence: Ref.1609 as-td
Prix: 4 000 Dirhams
Yacoubi Lotfi
Format: 99 x 63 cm
Référence: Ref.1608 as-d
Prix: 4 000 Dirhams