Biographie

Source : wikipédia

Georges Braque, né à Argenteuil (Seine-et-Oise, actuellement Val-d’Oise) le 13 mai 1882 et mort à Paris le 31 août 1963, est un artiste-peintre et un sculpteur français. Il est, avec Pablo Picasso, l’un des initiateurs du cubisme. Peintre de compositions animées, figures, intérieurs, natures mortes, paysages, peintre de collage, graveur, sculpteur. L’artiste s’inscrit dans un premier temps dans le mouvement fauve, puis cubiste.

Georges Braque grandit au sein d’une famille d’artisans. Il passe sa jeunesse au Havre et étudie à l’École des Beaux-Arts de 1897 à 1899 dirigé par Charles Lhuillier.À Paris, il suit les cours d’un maître décorateur et obtient son certificat d’artisanat en 1901. L’année suivante, il entre à l’académie Humbert qu’il fréquente jusqu’en 1904. C’est là qu’il rencontre Marie Laurencin et Francis Picabia.
L’art congolais a notamment influencé son œuvre.

Il peint ses premières œuvres sous l’influence de l’impressionnisme jusqu’à ce qu’il découvre au Salon d’Automne de 1905 les toiles d’Henri Matisse et d’André Derain. Puis débute une collaboration artistique avec Othon Friesz avec qui il fait un séjour à Anvers, puis l’année suivante, à L’Estaque (Bouches-du-Rhône), d’où il rapporte des tableaux fauves aux couleurs pures et aux compositions géométriques. (Souvenirs d’Anvers). Ses tableaux sont exposés en mars 1906 au Salon des indépendants.

En 1907, il est marqué par l’exposition de tableaux de Paul Cézanne au Salon d’Automne. Il commence à élaborer un nouveau système de représentation en se basant sur la simplification et la géométrisation des formes et la mise à plat de la perspective. Puis il rencontre Pablo Picasso qui peint alors Les Demoiselles d’Avignon. C’est pour lui une révélation. En accord avec ces deux influences et son intérêt pour l’art primitif, son orientation picturale est complètement bouleversée. Alors il peint, de décembre 1907 à juin 1908, Le Grand Nu dans lequel il représente les volumes par de larges hachures cernées de noir.

 

La Première Guerre mondiale interrompt l’étroite collaboration avec Picasso.
Braque est mobilisé et doit participer au « grand carnage ». Envoyé au front il est gravement blessé à la tête en 1915 et doit être trépané. Il ne pourra recommencer à peindre qu’en 1917. Son style et ses recherches évolueront dès lors plus individuellement mais il restera toujours préoccupé par la représentation du sujet comme le prouvent ses très nombreuses études d’ateliers, de guéridons ou de natures mortes. Il attachera une très grande importance à la matière de ses couleurs, aux libertés des formes et au rythme de ses figures. Il poursuit son œuvre dans la même perspective du cubisme, en le faisant évoluer vers des formes moins anguleuses et des tons plus colorées, un peu plus proches de la réalité. Il peindra, de manière plus traditionnelle, dès 1918, des séries de guéridons et de cheminées de 1922 à 1927. Il fait une sorte de « retour à l’ordre » en peignant des Canéphores évoquant les porteuses d’offrandes de l’Antiquité grecque. Braque travaille avec des verts, des bruns et des noirs jusqu’en 1928 où les couleurs réapparaissent et la matière devient plus fluide. Vers 1930, il exécute plusieurs séries : baigneuses, plages, falaises. Puis jusqu’en 1938, il peint des natures mortes décoratives comme la Nappe rose (1933) et la Nappe Jaune (1935).

 

La guerre est pour Georges Braque synonyme d’austérité et d’accablement. Il se tourne encore plus vers les objets de la quotidienneté de cette période d’occupation, le verre de vin ou le morceau de pain, les poissons. En 1942 sa production devient encore plus féconde, il achève le poële, plusieurs guéridons et des compositions réintroduisant la figure humaine la patience ou décorative [Intérieur à la palette]. En 1945, atteint d’une grave maladie, il doit s’arrêter de peindre pendant plusieurs mois. De 1949 à 1956, il compose les Ateliers, huit toiles aux tons « légèrement funèbres » (aux couleurs éteintes). Ce sont les fruits des recherches, souvenirs et évolutions du peintre. Ces œuvres sont le couronnement de nombreuses années de « travail inconditionnel ». Déjà apparaît dans ces travaux, le thème de l’oiseau à la forme très schématisée. L’essor de son vol, de sa liberté, de ses jeux avec la pesanteur et l’espace, de ses migrations semblant sans limites, en ont fait un symbole de rêve, de paix et d’évasion. Pour lui, il s’agit aussi d’un message adressé à son ami Laurens, décédé. La peinture reste pour Braque cet espace d’absolu et il continuera ses recherches loin des modes et des salons parisiens.

Ses œuvres

Braque Georges
Format: 100 x 75 cm
Référence: Ref.845 as-ta
Prix: 400 000 Dirhams