Portrait de Zouitina

Zouitina Abdelmajid
Type d’oeuvre : Tableaux
Technique : Mixte
Support : Toile
Dimensions : 80 x 63 cm
Référence : 3727

Prix : En cours

76 vues
FAIRE UNE OFFRE
Contacter le vendeur :

Avis

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 avis, moyenne de: 4.00 sur 5)
Loading...
2 Commentaires
  1. Abdlilah Jorio

    Tableau saisissant

  2. Abdlilah Jorio

    Le corps dans ses contorsions vibre au rythme des lignes
    Se meut telle la marche statique des lieux
    Captant les flots de lumières en feu
    La ville enchevetree dans ses rêves éparpillés, disloqués, diurnes
    Esthétique carnavalesque de l être en mouvement
    De l écho quand il se heurte au grésillement, au bruit touffu et dru
    Soliloques meublant les phobies de tout un chacun
    Chacun parodiant son propre chagrin
    Des masques qui se mirent dans les arêtes
    Rectangles, l exubérance d un angle
    Les vitrines nous rejetant tout notre vide
    Ville hybride, dans la rue défilent tant de solitudes translucides
    Tant de formes voulant imiter les arbres dans leur élan
    Lignes épurées, âmes saturées
    Échapper à ce néant

Laisser un commentaire

A Propos de l’artiste

Zouitina Abdelmajid, né à Casablanca en 1952, est un artiste-peintre au sens vrai et authentique du terme. Il fréquente l’Ecole Universitaire des Beaux Arts à Paris et s’oriente vers la peinture cubiste, avant de s’établir définitivement au Maroc en 19

Voir la biographie complète

Oeuvres de Zouitina Abdelmajid


Voir toutes ses Oeuvres

Faire une offre / Mise en relation

Cette oeuvre vous intéresse? Vous souhaitez avoir plus d’informations sur sa disponibilité? Merci de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous pour vous répondre dans les plus brefs délais. Vous pouvez aussi nous contacter par mail : info@vosartistes.com ou en composant le +212660159494 ou le +212666203232.


















2 Commentaires
  1. Abdlilah Jorio

    Tableau saisissant

  2. Abdlilah Jorio

    Le corps dans ses contorsions vibre au rythme des lignes
    Se meut telle la marche statique des lieux
    Captant les flots de lumières en feu
    La ville enchevetree dans ses rêves éparpillés, disloqués, diurnes
    Esthétique carnavalesque de l être en mouvement
    De l écho quand il se heurte au grésillement, au bruit touffu et dru
    Soliloques meublant les phobies de tout un chacun
    Chacun parodiant son propre chagrin
    Des masques qui se mirent dans les arêtes
    Rectangles, l exubérance d un angle
    Les vitrines nous rejetant tout notre vide
    Ville hybride, dans la rue défilent tant de solitudes translucides
    Tant de formes voulant imiter les arbres dans leur élan
    Lignes épurées, âmes saturées
    Échapper à ce néant

Laisser un commentaire