Biographie

Abdel-ilah Chahidi, Artiste peintre Vit et travaille à Mohammedia. Né en 1959 Lauréat de l’école des arts plastiques de Casablanca.Diplômé du centre pédagogique régional de Rabat. Président de l’association des artistes peintres de Mohammedia.

PRINCIPALES EXPOSITIONS

1981 Centre culturel Casablanca
1983 Bab Rouah Rabat
1987 Théâtre municipal El Jadida
1989 Centre Culturel Mohammedia
1991 Sidi Belyout Casablanca
1993 Centre Pompidou Paris
1994 Participation { l’atelier de peinture San Pedro, Espagne
1994-2012

Expositions collectives à l’étranger et au Maroc

2012 Exposition internationale Settat
2013 Exposition internationale Settat, Exposition à Dart Louane Rabat
2014 Exposition individuelle à la galerie mine d’art pensées au féminin
2014 Exposition « Les mains qui voient »
2014 Exposition « Corps et corps » Sacre coeur
2014 Exposition internationale de Marrakech

JOUISSANCE ESTHETIQUE

Loin de toute tendance occidentalisée, la peinture onirique de l’artiste peintre Abdel-Ilah Chahidi s’inscrit dans une actualité intemporelle. Elle n’est pas { indexer { un quelconque courant de l’art figuratif au sens conventionnel du terme. Ce plasticien chercheur est hypersensible et très doué.

Par ses études des « connotations rhétoriques de la femme en tant que mythe vivant », il capte et restitue en couleurs alchimistes la beauté à la fois apparente et latente de la femme, et ce dans une gestualité généreuse et fluidité chromatique surprenante. Il a bien voulu transgresser les canons classiques de la peinture figurative pour intégrer un espace d’expression plastique plus vaste et éloquent, celui de création merveilleuse et magico-poétique en général.

Véritable figure de la nouvelle sensibilité au Maroc, Abdel-Ilah Chahidi a dépassé à sa guise l’esprit restreint de l’abstraction qui semble avoir atteint ses limites normatives, en remettant en question les mouvements figuratifs passés et présents. Son langage plastique engendre par son contenu fantastique une nouvelle vision qui a eu dés le départ le soutien espéré des critiques d’art et d’esthètes. Le référent de base est souvent l’image mythique de la femme duquel l’artiste manipule et rhytorise avec doigté et maîtrise. La dimension absracto-figurative de ses tableaux ne se borne pas à une simple énonciation anecdotique mais implique la notion de rêve liée à celle de représentation subjective.

Abdel-Ilah Chahidi met en toile les repères de notre mémoire collective loin de tout aliénation et perte d’identité. Il détourne le sens de ses scènes insolites qu’il perçoit et perturbe la lisibilité immédiate de son oeuvre qui connote très souvent la jouissance les atmosphères humanisées. L’élément référentiel de base est pour cet artiste les traces de la mémoire ; les couleurs du rêve et la polyformité des tâches juxtaposées à travers un traitement stylistique évoquant la rhétorique de la profondeur, de la transparence et de la substitution.

Dans cette nouvelle exposition individuelle « femme, femme, femme » à la galerie casablancais singulière « Chilham », Abdel-Ilah Chahidi nous invite { contempler ses oeuvres fantasmagoriques dont le point de base est le sens fugace de la réalité magique au féminin et la métaphore du corps qui ne perd pas son identité iconographique pour se muer en impressions étranges, à la limite de la visibilité connotative.

Il a pu inventer une nouvelle façon, méditative, de peindre, que la critique esthétique définit comme peinture en champs de couleurs et de figures insolites qui se métamorphosent en fonction de cette dualité « jour et nuit ». Avec ses aventures créatives, l’artiste valorise et sculpte la dimension profonde de « l’autrui, le temps et le lieu », en mettant en relief la synthèse d’un long parcours artistique en termes de picturalité et de plasticité. Son acte visuel est le faire –part d’une triple naissance : celle de la formation académique consistante, celle de la nouvelle démarche plastique et celle de l’interprétation fantaisiste de la réalité.

Dans ses toiles, Abdel-Ilah Chahidi s’exprime exclusivement par la force du trait et le moyen de la couleur expressive qu’il pose sur la toile en surfaces mouvantes, toujours composées des atmosphères diversement polychromes. Il atteint ainsi une dimension spirituelle particulièrement sensible. Il s’agit d’une nouvelle mythologie qui revisite les rêves et les archétypes de notre conscient collectif, en présentant les symboles métaphoriques (poissons, sereines, chevaux, bougies, livres, violons …) comme des images emblématiques qui transcendent les histoires et les cultures spécifiques.

Tous les symboles mythologiques selon l’approche plastique de l’artiste oniriste Abdel-Ilah Chahidi parlent directement { notre oeil intuitif et réveillent des énergies cachées chez le récepteur avisé : un manifeste visuel qui s’adresse aux exigences de la spiritualité de l’homme moderne et aux exigences créatives fantastiques. L’artiste est un « faiseur de mythe » dont la femme demeure la seule source d’inspiration et d’imagination.

C’est en quelques sorte un acte de combler le vide spirituel créé en partie par l’absence d’une mythologie actuelle adressée à notre vie à la fois matérielle et symbolique. A travers ses oeuvres récentes, Abdel-Ilah Chahidi déplace sciemment notre centre d’intérêt : il conçoit un acte de percevoir et non plus un acte de voir.

Dr.Abdellah Cheikh (critique d’art)

 

Ses œuvres

Chahidi Abdelilah
Format: 100 x 140 cm
Référence: Ref.1129 as-td
Prix: 23 000 Dirhams