Biographie

C’est dans le cadre de l’atelier de Sèvres, qu’Etienne Cail conforté par ses pairs décidera de prendre son envol dans le monde des peintres.
Nous somme en 2009, il n’a alors que 18 ans et affaire rarissime il a déjà trouvé son style, sa « pâte ». Après la représentation de l’atelier qu’il a réalisé sous tous les angles, Etienne Cail s’est engagé à construire « ses gueules », des adversaires qu’il défiera à grand coup de pinceaux.

En 2011, c’est une révélation qui opère autour de la découverte des travaux de Shi Xinning et de Zhang Haiying. Une profonde admiration pour l’art contemporain chinois succède rapidement à un premier intérêt et le peintre prend alors son premier vol pour la Chine. Il séjournera à Shanghai, capitale artistique puis à Songzhuang, le village d’artistes de Yue Minjun mais aussi de Zhang Haiying, son idole, qui l’accueillera et le présentera à l’élite artistique.

Au cœur des ateliers de cette Chine actuelle il découvre cet art à la fois puissant et subtil. Ici, les rebelles du monde de l’art ne sont pas des dissidents au sens strict du terme, ils se battent pour l’indépendance de la création dans un pays où la liberté est encadrée. Cette capacité à créer une force intelligible malgré ces contraintes force l’admiration du jeune peintre qui se retourne sur d’anciennes provocations artistiques qu’il jugera dés lors trop faciles.

Dés son retour en France, la création d’une nouvelle série de portraits appuient déjà cette nouvelle maturité et un nouveau projet prend parallèlement vie autour d’un songe: si tous les grands moments de l’histoire et les plus grands chefs d’œuvres se matérialisaient sous des vues asiatiques, quel visage succéderait à celui de Louis XIV et quelle ambiance s’inviterait au « Déjeuner sur l’herbe » ? La peinture insaisissable de ce jeune talent fait de lui un artiste à suivre.

En 2016 il est invité en résidence à Rabat. Durant 6 mois l’artiste se nourrit d’une grande curiosité, d’inspirations nouvelles et accède à ce « regard orientaliste » dont parlaient les nombreux peintres voyageurs ayant résidés au Maroc. Ses premières toiles reprennent des sujets classiques tels que les paysages naturels, les scènes de hammam et les portraits Royaux.

Parutions Presse :

LA VIE ECO (Maroc), 15/07/2016, Etienne Cail et Olivier Masmonteil, deux plasticiens à la rencontre du Maroc
CHALLENGE (Maroc), 10 au 15/06/2016, Etienne Cail et Olivier Masmonteil, Une résidence marocaine ​
AUJOURD’HUI (Maroc), n°3682, 16/06/2016, Au coeur de l’inspiration marocaine​
LE REPORTER (Maroc), 09/06/2016, Cail et Masmonteil en résidence marocaine
LE 360 (Maroc), 03/06/2016, Deux peintres francais en résidence artistique à Rabat​
LA DEPECHE DU MAROC (Maroc), 09/06/2016, Face à face avec Etienne Cail​
VH (Maroc), Juin 2016, Etienne Cail et Olivier Masmonteil, Résidence au Maroc ​
BEAUX ARTS MAGAZINE n°383 (France), 04/2016, La tentation de l’Orient​
LE QUOTIDIEN (Luxembourg), 16/07/2015, Changer l’histoire de l’art
TAFMAG (France), 10/02/2015, Etienne Cail repeint ses classiques sous influence chinoise
ART’S VICE (France), 07/2014, Etienne Cail et Yoann Merienne
ORANGE EXPO MUSÉES (France), 07/2014« Quoi mes gueules? »: Rencontre avec le peintre Etienne Cail
FOCUS (Belgique), 06/2014, Fort en gueules
ARTSPER (France), 05/2014, Rencontre avec un jeune talent Artsper
WEGOTALENT (France), 03/2014, Etienne Cail, Les gueules de l’empire du milieu
DOMODECO n°43 (France), Nov./Dec. 2013, Etienne Cail, Empreinte affirmée
BOUM BANG! (France), 05/2013, Lorsque les grands classiques picturaux se brident les yeux et les sens
HOUHOUHAHA (France), 05/2013, Etienne Cail

Ses œuvres

Cail Etienne
Format: 200 x 250 cm
Référence: 2179
Prix: En cours