Biographie

Moustafa BOUMAZZOUGH est né en 1952 à Essaouira. Fils d’un marqueteur; issu d’une famille de designers sur bois de Thuya.
Il s’est initié à la sculpture sur bois auprès de Saddik Sadiki, sculpteur et décorateur de théâtre cousin et beau-frère. Il grandit dans sa ville natale Essaouira, ville d’amour et de douceur.Il rencontre plusieurs intellectuels et artistes étrangers de passage à Essaouira.
Après un bac littéraire, il tente l’art culinaire à l’école hôtelière de Marrakech. Insatisfait, il abandonne au bout de deux années d’expérience.
La rencontre du sculpteur Chilien RAUL VALDICIESO qui a séjourné pendant une année à Essaouira fut une révélation.La rencontre du peintre hyper-réaliste CALUDIO BRAVO, du sculpteur Italien Contemporain ARNALDO POMODORO; des peintres français Michel VU et ROMAIN LAZAREV résidents à Essaouira et tant d’autres qui ont marqué son chemin.
Confronté dans l’idée qui le tenaille depuis longtemps: devenir sculpteur sur bois de Thuya.
Fasciné par l’expérience artistique; il s’est lancé dans ce qu’il appelle  » aventure pénible et extraordinaire ».
A 26 ans; Moustafa Boumazzough connait ses premieres expositions individuelles et collectives.
– Fès au centre culturel américain.
– Casablanca au centre culturel américain.
– Marrakech au Club Méditerranée.
-Casablanca: à la galerie BASSAMAT
– au complexe culturel Sidi Belyouth
– à l’hôtel SHERATON.
– Rabat:                    – au centre culturel français.
– à la galerie ARCANES
– au théâtre Med V avec les artistes plasticiens marocains.
– à Bab Rouah avec les artistes plasticiens d’Essaouira.
En 2004 il est membre au syndicat des artistes plasticiens marocains.
En 2005: – Exposition à la galerie Bleue de Marrakech.
– Participation au premier salon national d’art contemporain.
En 2009: Exposition à la foire Internationale des Arts Plastiques à Casablanca.
En 2010:Exposition à l’aéroport d’Essaouira Mogador.
En 2011:Expositions aux SOFITEL GOLF MOGADOR.

L’expérience artistique est restée dans ma vie, une expérience pénible et extraordinaire. 

Mes premiers pas dans cette aventure, 

  • coincident avec une période trouble et confuse. Autodidacte, je m’y suis lancé en solitaire pendant quatre années; la plus part 
       du temps, face à face avec l’inconnu, en plein nature loin des            bruits et de l’agitation.
  • Combattre le diable a été mon obsession pendant cette période bouleversante. J’ai beaucoup médité sur le thème de la 
  • dualité: le corbeau et la colombe, l’ange et le démon…
   Le besoin de réponses aux questions restées inexplicables depuis ma tendre enfance, lorsque ma grande mère m’initiait à la métaphysique et à l’au de là, m’a poussé à me consacrer à l’art afin de m’y exprimer mes sentiments les plus profonds.
Hanté par le mythe Aicha Kandicha, j’ai cherché à la personnifier en lui donnant une image mi-humaine mi-animal.
Je me suis persuadé que le désir sexuel chez l’homme, le fait pièger et le rend esclave devant Aicha Kandicha; et par la suite, possédé par elle. Elle n’est rien d’autre que la femme. J’ai découvert alors que le mythe symbolise le pouvoir
de séduction de la femme.
D’où, Adam et Eve et le pêché originel…
La philosophie populaire est restée un terrain fertil, une source d’inspiration pour mon travail artistique. La figuration dominait dans le début de mes créations. Ensuite, était venu le moment où j’ai changé de cap et je me suis adonné à l’abstraction 
jusqu’à nos jours. La sculpture est restée ma passion. Elle m’a permis de sonder dans les profondeurs de mon être. 
Je dois dire que je n’appartiens à aucune école, et je ne crois en aucune idéologie. Je suis croyant et je n’ai rien à voir avec tout fanatisme. J’ai sacrifié ma vie à l’art. Je crois en l’expérience personnelle. Je suis convaincu que créer c’est aimer.
Voilà cinq ans que j’ai réintégré la confrérie soufie de la musique H’madcha en particulier et la musique soufie en général. 
Dans mon enfance j’ai grandi parmi les confréries où j’ai vécu des moments magiques et spirituels.

L’art est mille et une merveille quand il s’associe à la religion. La véritable source d’inspiration émane de la création,

et du Créateur Éternel 

 

Ses œuvres

Boumazzourh Mustapha
Format: 60 cm
Référence: Ref.1457 as-ta
Prix: 7 500 Dirhams
Boumazzourh Mustapha
Format: 60 cm
Référence: Ref.1456 as-ta
Prix: 6 500 Dirhams