Biographie

L’univers de ce talentueux aquarelliste est peuplé de détails, de teintes et de nuances chromatiques dont l’extrême exactitude ne tolère aucun geste incontrôlé. A travers un discours esthétique, Brahim Bouhamadi dompte les ombres et la lumière, appose des accents et varie les tonalités aux rythmes d’une mélopée sur un air de classicisme imbibé d’orientalisme.
Ainsi, il fige dans le temps, qui semble se décompter sous les couches translucides d’aquarelle, des scènes quotidiennes et révèle l’indicible beauté. Tantôt, il lance une volée avec retenue, en demi-teinte. Tantôt érige un détail baigné dans une étendue d’eau et fait surgir une scène en hommage aux coutumes qui nourrissent sa culture ; créant ainsi un lien évident entre plastique et tradition. Sa carrière, récente, a été couronnée de plusieurs prix et distinctions : le premier prix  » Aquarelle  » de l’état du New Mexique le prix
mention honorable de la  » Western Federation Watercolors Socities « (Musée Tucson en Arizona).
Sa notoriété a largement dépassé nos frontières, sa dextérité en a fait l’un des plus grands
aquarellistes de son temps.
Par l’absolue dépendance au labeur, le soucis du détail et de l’exactitude, Brahim Bouhamadi parachève une œuvre admirable de finesse et trace un destin peuplé de subtile glissade vers la postérité. Ses œuvres, malgré son jeune âge, ont orné déjà les murs de grandes galeries métropolitaines telles que le manoir à Rabat, Venise cadre à Casablanca ou le Flandria à Tanger. Ses aquarelles jouxtent les œuvres des grands maîtres et trouvent place chez des collectionneurs privés tels que Joe Cocker…
Extrait d’Abdelatif HABIB

Source : http://www.lopinion.ma/def.asp?codelangue=23&id_info=30242

Né à Tafraout en 1964, Brahim Bouhmadi, qui revient se réinstaller à Rabat après un séjour de douze ans au Etats-Unis, expose pour la première fois en 1987 (Rabat, ministère des Affaires Culturelles). Suivront d’autres expositions individuelles en 1989 à la galerie Delacroix à Tanger, à Venise Cadre en 1993 à Casablanca, puuis encore à Tanger en 1994. Bouhmadi a aussi exposé à l’étranger surtout en groupe : au New Mexico dans le cadre d’ « Art study under Howard Wexler and Sigfried Hahn », en 1994 ; à Marbella en Espagne (1994), puis encore à la foire du New Mexico en 2000, date de son départ du Maroc, où il a représenté ledit état américain et obtenu le premier Prix dans le genre aquarelle.
Brahim Bouhmadi est un des figuratifs marocains les plus méticuleux. Son choix du détail et de la touche se ressource dans l’école académique comme dans la poétique impressionniste. Grand voyageur, il a su immortaliser des scènes de genre et des portraits d’ici et d’ailleurs. Venu à la peinture encore très jeune, Bouhmadi, autodidacte qu’il est, a voué sa passion au dessin et à la perspective classique, dans un but de documentation et de témoignage. Si son iconographie peut faire parfois penser à la démarche orientaliste dans ce qu’elle a de pittoresque, il n’en demeure pas moins que sa sensibilité au niveau de la forme et de la couleur fait de lui un créateur original.
Bouhmadi maîtrise au plus haut point sa technique du trait et le rendu anatomique ainsi que l’atmosphère perspective. Sa minutie confirme sa passion pour la description comme elle sous-tend un intérêt psychologique allant de pair avec sa manière de révéler les décors, les attitudes et les aspects de ses personnages, le tout s’enrobant d’une d’aura chromatique exaltante. Bouhmadi pousse son intérêt pour le détail dénotatif jusqu’à la manie ; c’est un peintre doté on dirait d’un sixième sens, qui lui fait découvrir et aimer l’âme même de ses personnages et des lieux mis en relief. De tels explorateurs plastiques sont rares, qui savent allier l’intériorité et l’extériorité en virtuose, et réalisent des chefs d’œuvre d’un réalisme poétique époustouflant.

Ses œuvres

Bouhamadi Brahim
Format: 55 x 35 cm
Référence: 2607
Prix: 6 000 Dirhams